Choisir son thérapeute… toute une histoire !

Choisir mais surtout trouver son thérapeute n’est pas chose aisée. Les annuaires ont la faculté de donne un certain nombre de coordonnées, mais rien ne prédit que le thérapeute sera celui qui vous conviendra.

A l’heure où de plus en plus de formations naissent et promettent de faire de chacun un thérapeute en deux semaines, il est important de se pencher sur le parcours de la personne en qui vous vous apprêtez à faire confiance pour qu’il vous amène vers le chemin de votre choix.

choisir therapeute

La première question à vous poser est avant tout celle-ci : de quoi ai-je besoin ? qu’est ce qui me convient ?

  • Psychologue ou sophrologue ?

Bien souvent, en sophrologie, nous rencontrons des clients qui nous le disent : j’hésitais entre un psychologue et un sophrologue. Pourquoi alors choisir un sophrologue ? Ce dernier va travailler autour de ce qu’on appelle « l’unité psycho-corporelle ». Être bien dans sa tête, mais aussi dans son corps. Le cœur de la séance repose sur de la pratique à l’aide d’outils comme la détente musculaire, la respiration ou la visualisation positive. Si un temps d’échange verbal ouvre et ferme la séance, il n’en est pas le propos. La sophrologie n’ira pas chercher le « pourquoi » de votre état, mais vous amènera à prendre conscience de cet état pour le modifier. Peut-être comprendrez-vous alors le pourquoi de cet état mais le sophrologue n’accompagnera pas cette démarche de réponse aux questions.

En revanche, son professionnalisme saura vous orienter vers un praticien à même de répondre à vos questions et à vos besoins.

  • Ce dont j’ai besoin

Ai-je besoin de trouver des réponses à mes questions ? Ou ai-je besoin de me recentrer sur moi, sur ce que je traverse, sur les sensations et émotions qui m’animent au quotidien et d’apprendre à les gérer physiquement et mentalement chaque jour ?

J’ai peut-être besoin d’apprendre à me détendre, à chasser mes tensions, à prendre du recul, à avoir confiance en moi…. La sophrologie est alors faite pour vous.

  • Ce qui me convient

Un bon thérapeute sera à votre écoute et ne vous imposera pas des choses qui ne sauraient vous convenir. « Les séances, c’est 100€, minimum deux fois par semaine, sinon ça ne marche pas. » est une phrase qui doit vous questionner :

  • Suis-je d’accord pour mettre ce prix ?
  • Suis-je d’accord avec ce rythme qui m’est imposé ?
  • Est-ce que cela me convient, tout simplement ?

Avant de prendre rendez-vous, je vous conseille de vous poser cette question : qu’est ce qui m’irait ? Quelle gamme de prix ? Quelle fréquence ? Qu’est-ce que j’accepte de donner, de mettre en place pour cette thérapie ?

Cela pourra déjà vous orienter.

thérapie

La deuxième étape pour bien choisir son thérapeute est celle du premier contact.

Ce premier contact est une rencontre. Vous pourrez alors déjà avoir une première intuition : celui-là pourra m’accompagner (ou non) dans le chemin que je choisis. Je peux lui faire confiance.

  • Le premier rendez-vous (ou le premier échange)

Lors de ce premier rendez-vous, vous exposez l’objet de votre visite, ce qui vous motive à venir consulter. Le thérapeute peut être amené à vous poser plusieurs questions pour comprendre plus amplement dans quel contexte l’objet de votre consultation s’intègre.

Parfois, se livrer à cet inconnu face à nous peut s’avérer compliqué. Cette démarche peut être difficile mais si vous sentez que ces questions sont trop envahissantes, trop insistantes, ou vous mettent mal à l’aise, alors ce thérapeute n’est peut-être pas le bon pour vous. En aucun cas, un thérapeute ne peut vous forcer.

Fiez-vous à votre intuition : ce thérapeute face à moi me correspond-il ? D’une personne à l’autre, le ressenti peut être différent. Ce n’est pas parce que votre cousine Germaine l’a trouvé formidable que la manière de travailler de ce thérapeute sera faite pour vous.

  • Au premier contact, un cadre est posé

A l’issue de ce premier rendez-vous, vous devez avoir obtenu réponse à toutes les modalités de l’accompagnement. Le premier rendez-vous est une forme d’évaluation…

1. du thérapeute vous concernant : il observe comment il va pouvoir travailler avec vous…
2. mais aussi une évaluation de votre part concernant votre thérapeute ! Posez-lui des questions s’il n’amène pas déjà des réponses lorsqu’il se présente : quelle a été sa formation ? Comment travaille-t-il ? Comment se déroule une séance ? Combien de temps dure-t-elle ? Quel est son prix ?

Et surtout quel est son cadre : la bienveillance, le non-jugement, l’accompagnement. En sophrologie, il y aura également le fait de ne pas toucher la personne, de ne pas poser de diagnostic.

Enfin, la dernière chose sur laquelle j’attirerai votre attention est qu’un thérapeute n’est pas un maitre à penser. Attention aux abus !

Votre thérapeute doit vous accompagner dans le chemin de votre choix et ne peut vous imposer un chemin. Il ne peut vous imposer des croyances, vous imposer d’agir d’une façon ou d’une autre dans votre vie. Il ne s’implique pas personnellement dans cette relation. La relation que vous tissez ensemble est une relation de thérapeute à client. Il n’a pas à dévoiler des éléments de sa vie.

Les méthodes de développement personnel sont très à la mode, mais il convient de s’y plonger avec précaution pour éviter les dérives sectaires parfois trop nombreuses.

Finalement, pour choisir un bon thérapeute, il faut avant tout vérifier le sérieux de la personne d’un côté, et surtout sentir que l’on pourra lui faire confiance pour qu’il nous aide à cheminer dans le sens que nous souhaitons. </div>

Laisser un commentaire

Fermer le menu